Abaissement de la limitation à 80 km/h : derrière les statistiques, les vies brisées en Limousin

LePopulaire.fr 28/06/2018 Patrice Herreyre

Alors que les routes bidirectionnelles vont être limitées à 80 km/h à partir de dimanche, nous avons consulté les statistiques de la sécurité routière. Le constat est simple : la majorité des morts, victimes d’accident de la route en Limousin, est à déplorer sur les routes concernées par ce changement de vitesse limite.

L’accident s’est déroulé le 27 avril 2014, sur la RN 147, à Peyrat-de-Bellac. Dans les statistiques de la sécurité routière, c’est l’un des plus meurtrier qui se soit produit en Haute-Vienne entre 2014 et 2016. Il a fait deux morts et trois blessés.

C’est justement parce que, derrière la sécheresse des statistiques il y a des vies brisées, que nous avons décidé de nous pencher sur les chiffres de la sécurité routière. Et de les analyser au prisme du passage à 80 km/h des routes bidirectionnelles sans séparateur central.

Les sources. Les statistiques que nous avons exploitées sont consultables en libre accès sur les sites du ministère de l’intérieur et de la sécurité routière. Ce sont des statistiques officielles, rédigées à partir des rapports d’accidents effectués par les forces de sécurité (gendarmerie ou police).

La période. Nous avons ensuite défini la période à étudier. Nous avons choisi de nous pencher sur les données concernant les années 2014, 2015 et 2016. Ces trois années sont les plus récentes à être disponibles en totalité. Les biais de l’étude. Nous nous sommes intéressés aux accidents qui ont eu lieu sur des routes bidirectionnelles hors agglomération. Pour autant, nous ne possédons pas les limitations de vitesse tronçon par tronçon. Il est donc possible qu’un accident ait eu lieu sur une portion à 70 km/h, à 50 km/h en raison de travaux ou de toute autre cause.

Les résultats. Les résultats de notre analyse montrent que, en Limousin région rurale par excellence, la majorité des accidents mortels se sont produit dur des routes bidirectionnelles sans séparateur central. L’autre indicateur significatif est celui des blessés légers. Les accidents qui se sont produits sur ces routes font beaucoup moins de blessés légers qu’ailleurs. Cela veut simplement dire que ces accidents sont beaucoup plus graves que ceux qui se produisent sur d’autres portions du réseau routier.

L’interprétation. L’interprétation de ces statistiques semble donc relativement simple. Les accidents qui se produisent sur des routes bidirectionnelles sans séparateur central, les routes qui sont justement concernées par le passage à 80 km/h, sont globalement plus graves que les autres. Ils sont plus nombreux, font plus de morts et plus de blessés graves.

De ce point de vue-là, au moins, le discours gouvernemental sur l’abaissement de la vitesse limite se comprend.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »