Sécurité routière : 3 pistes pour limiter les accidents

English Español Nederlands Deutsch Português Chinese Nippon Le JDD 03/12/2017 Anne-Laure Barret

Tout au long du quinquennat précédent, la Ligue contre la violence routière a réclamé, études scientifiques à l’appui, une baisse de la vitesse maximale à 80 km/h sur les routes à deux voies. Si l’on en croit Le Point, le souhait de l’association poil à gratter, ulcérée par l’inversion de la courbe de la mortalité au volant (en hausse depuis 2014 après douze années de baisse), serait en passe d’être exaucé. A Matignon, où se concocte, en concertation avec les experts et les élus, le futur plan de sécurité routière attendu pour janvier, on confirme que cette mesure est à l’étude.En plus de la généralisation des limitations de vitesse à 80 km/h, Matignon pourrait punir davantage l’usage du téléphone au volant et promouvoir l’éthylotest antidémarrage pour limiter les accidents de la route.

Le retour de l’éthylotest antidémarrage

“Rien n’est tabou. Le gouvernement ne restera pas les bras croisés”, précise-t-on dans l’entourage du Premier ministre. “L’exécutif est prêt à une politique de rupture”, assure en écho un proche du dossier. “La question de l’acceptabilité d’une telle décision, forcément impopulaire tant le déni est grand dans le pays au sujet de la vitesse, a longtemps empêché une réduction de 10 km/h. Aujourd’hui, tout le monde a conscience qu’il faut passer un cran au-dessus. La priorité, c’est la santé publique : sauver des vies.”
Dans la bataille contre la première cause de mort violente en France (3.477 tués en 2016), la vitesse, facteur de risque numéro un, est le curseur le plus efficace. Moins 10 km/h, ce sont environ 400 décès évités chaque année, d’après les estimations du Conseil national de la sécurité routière. Selon Matignon, le gouvernement explore deux autres pistes prioritaires.

Il étudie premièrement le renforcement des sanctions en cas d’usage du téléphone au volant, en cause dans un accident sur dix (actuellement puni par une amende de 135 euros et 3 points en moins sur le permis).

Deuxièmement, il songe à mieux prévenir les “conduites addictives”. Le serpent de mer de l’éthylotest antidémarrage, outil susceptible d’immobiliser les récidivistes de l’alcool au volant, nombreux à conduire même après un retrait de permis, devrait notamment ressurgir.

Deux associations ont lancé des pétitions contre les 80 km/h

Opposées à une possible réduction de la vitesse, deux associations (la Ligue de défense des conducteurs et 40 Millions d’automobilistes), ont lancé des pétitions contre les 80 km/h.

De son côté, Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière, croise les doigts pour qu’Emmanuel Macron ait “le courage” de mettre ses pas dans ceux de Jacques Chirac, qui avait imposé en 2002 la généralisation des radars automatiques. “Si la baisse de 10 km/h est décidée sur toutes les routes, et pas seulement sur les tronçons dangereux, sans marchandage et ni négociation et si une ou deux autres mesures phares sont prises, ce sera un tournant historique”.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *