Rouler à 80 km/h sur les nationales ne fera pas perdre tant de temps, mais économiser de l’argent

English Español Nederlands Deutsch Português Chinese Nippon Un article du Huffington Post est particulièrement pertinent pour le débat du 80 km/h English

aller sur le site du Huffingtonpost pour lire l’article

“Si l’impact de ces mesures sur la mortalité routière est un débat complexe, avec arguments sérieux des deux côtés, les automobilistes auraient tort de s’énerver à ce sujet. Non seulement la limitation à 80 km/h ne changera pas grand chose à leur temps de trajet, mais cela leur fera faire des économies tout en réduisant les émissions de gaz polluants.”

“Comme à l’école, il suffit de convertir cette réduction de vitesse en temps de trajet pour en juger. La réduction annoncée ajouterait seulement 8 minutes sur 100 kilomètres. 

  • 100 km à 90 km/h = 1h07
  • 100 km à 80 km/h = 1h15 (+8 min)

Et encore, ce calcul est trompeur. Si vous êtes du genre à respecter les limitations de vitesse, vous savez qu’un automobiliste ne fait jamais tout un trajet à la vitesse maximale. C’est encore plus vrai sur les petites nationales: voies étroites, mauvaise visibilité, virages serrés, poids lourds… La vitesse moyenne sur le trajet descend sous 90 km/h.”

Aussi, les automobilistes vont gagner en consommation ce qu’ils ont perdu en temps de trajet. En effet, la consommation d’essence n’est pas une fonction linéaire de la vitesse. C’est une parabole, qui grimpe quand la vitesse est faible et élevée.

PS: nous pourrions aussi ajouter dans l’équation temporelle que plus on consomme, plus on va souvent à la pompe à essence, plus on y passe de temps donc: le temps “gagné” à rouler plus vite compense-t-il vraiment celui qui est perdu dans les détours pour aller à la pompe? Une conduite apaisée peut permettre d’économiser jusque 40%, cela vaut le coup d’y réfléchir et puis si cela permet d’améliorer notre balance commerciale déficitaire à cause des produits pétroliers, pourquoi s’en priver?

Ajoutons aussi à l’équation le fait que le coût de l’insécurité routière en 2016 se monte à 50 milliards d’euros 

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *