C. Perrichon – Recettes de radars et PV : «Il faut plus de transparence»

La réduction des effectifs de gendarmes et de policiers affectés aux contrôles routiers, fait remonter l’accidentalité, estime Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière.

L’intégralité de l’argent des recettes de radars et PV doit être utilisée pour des mesures qui vise à sauver des vies sur la route estime Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière.

Très impliquée dans la sécurité routière, Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière, veut plus de transparence dans l’affectation des sommes engrangées par les PV.

Jamais les recettes liées aux radars et aux PV n’ont été aussi élevées. Et pourtant, la courbe de la mortalité routière ne baisse pas.
Chantal Perrichon. Quand on réduit les effectifs de gendarmes et de policiers affectés aux contrôles routiers, il ne faut pas s’étonner de voir remonter l’accidentalité ! On a mille fois moins de risques d’être contrôlé pour l’alcool que pour la vitesse alors que c’est le deuxième facteur de mortalité sur la route. Quant au portable au volant, dont on ne cesse de pointer le risque, on ne comptabilise en moyenne que dix PV par jour dans chaque département. Il faut davantage sanctionner ces comportements dangereux mais aussi les problèmes d’interdistance entre les véhicules ou les franchissements de ligne blanche.

N’est-ce pas la limite du tout-radar ?
Nous ne sommes pas pour le radar en soi. Si demain tous les véhicules étaient équipés de limitateurs s’adaptant à la vitesse autorisée (NDLR : le système Lavia), on pourrait supprimer les radars. Le problème est que le gouvernement précédent n’a agi qu’au niveau du verbe pour lutter contre l’insécurité routière. Quand un conducteur est contrôlé sur le bord de la route pour un problème de vitesse ou d’alcool, il paie une amende mais dans presque un cas sur deux, on ne lui retire pas de points*.

La Cour des comptes constate que la moitié des recettes n’est pas destinée à la lutte contre l’insécurité routière.
Pour ne pas donner de grain à moudre à ceux qui disent que l’argent des radars est un impôt déguisé qui ne sert qu’à remplir les caisses de l’Etat, il est essentiel qu’il y ait une plus grande transparence sur les recettes des radars et des PV. Mais je tiens à souligner qu’une amende pour excès de vitesse n’est pas un impôt puisque vous ne payez que lorsque vous ne respectez pas les règles. Mais si l’on veut que les conducteurs acceptent la sanction, il faut que l’intégralité de l’argent soit utilisée pour des mesures visant à sauver des vies sur la route.

* Selon le rapport Colin-Le Gallou de 2012, seules 54 % des infractions constatées donnent lieu à un retrait de points.

Réaction de Claude Got

«L’affectation à des financements qui n’ont rien à voir avec la sécurité routière a été une erreur, estime l’accidentologiste Claude Got. Cela produit des effets qui ne sont pas acceptés par les usagers.

Selon Claude Got, accidentologiste, les radars sont toujours nécessaires. Pour lui, si on a l’impression que leur efficacité diminue, c’est seulement parce que les conducteurs sont prévenus et contournent de plus en plus les contrôles.

Les radars sont efficaces quand ils jouent leur rôle, c’est-à-dire quand ils dissuadent les excès de vitesse. Si on a un avertisseur de radars, qui indique qu’il y a un contrôle, bien entendu que cela diminue l’efficacité des radars. Ceux qui ne veulent pas respecter les limites de vitesse font n’importe quoi. C’est une destruction des politiques publiques”.

 

RMC “100% Bachelot” 13/06/2017

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-1306-100percent-bachelot-381952.html

Pour Stéphane, routier et auditeur de 100% Bachelot, il est pourtant trop facile d’accuser les radars d’être de simples pompes à fric.

Je suis sur la route tous les jours, et j’en ai marre d’entendre ces gens qui disent que les radars sont des pompes à fric. Ils disent qu’ils perdent un point parce qu’ils étaient à 91 kilomètres par heure au lieu de 90, alors qu’ils étaient à 99. On doit être le seul pays au monde à avoir un panneau de quatre mètres sur trois annonçant en gros: attention vous allez être flashé. Je fais 2 500 kilomètres par semaine et j’ai mes 12 points. Je dis simplement aux gens: ‘vous voulez garder vos points et arrêter de payer? et bien respectez la limitation de vitesse. C’est aussi simple que ça’ “.

 

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *