Laurent Joffrin (Libération): Démocratie participative ou démagogie directe?

Libération (21/01/2019) 

Toujours les paradoxes du «démocratisme» qui sévit en cette fin de mouvement. Les «gilets jaunes», suivis de très loin par le gouvernement, qui cherche à sortir de l’impasse par un «grand débat», ne jurent que par la démocratie directe. Et c’est un fait que la crise politique oblige à aller dans ce sens, par exemple en instaurant un «référendum partagé» plus facile à mettre en œuvre, ou en introduisant une dose de proportionnelle dans l’élection du Parlement.

Mais une dichotomie pavlovienne s’installe dans le débat public. Les élus? Coupés du peuple, corrompus, non représentatifs… Les assemblées de citoyens, aux ronds-points ou dans les mairies? Le sel de la terre, la légitimité incarnée, le civisme en actes. Un peu simple, non?

France 3 montre dimanche qu’une des premières séances du «grand débat» voulu par le Président pour apaiser la révolte des gilets jaunes, a réuni 100 personnes à Massy. Gros succès, dit le maire, qui a dû rajouter des chaises dans la salle. Débat vif, intéressant, qui donnera lieu à une synthèse envoyée à Paris. Fort bien. Qui peut se plaindre de cet exercice démocratique?

Un soupçon de réserve, toutefois: il y a à Massy quelque 30 000 électeurs inscrits. Les 100 personnes qui se sont déplacées pour le «grand débat» méritent une médaille du civisme. Représentent-elles les 29 900 qui sont restées chez elles ou qui avaient d’autres obligations? La remarque n’est pas polémique. Mais chacun sait que le système des «assemblées populaires» touche rarement la majorité et même, en général, n’intéresse qu’une petite minorité. C’est un thermomètre, un indicateur, un lieu d’écoute. «Le socialisme ne peut pas marcher, disait Oscar Wilde [socialiste lui-même], il prend trop de soirées.» L’aphorisme est plus profond qu’il n’en a l’air. Peut-on, du coup, mettre ces émouvants exemples de démocratie directe sur le même plan qu’une élection générale qui mobilise une grande partie de la population?

Réunions éphémères

La remarque vaut pour toutes ces procédures directes. Les gilets jaunes, dans leur grande majorité, sont fort respectables. Mais ils ont réuni samedi dernier moins de 100 000 personnes en France (le raisonnement ne changerait pas s’ils étaient 200 000). Au fond, qui représentent-ils? Un exemple: tel qu’est emmanché le «grand débat» censé tenir compte de leurs demandes, il est probable qu’ils obtiendront, entre autres exigences, la suppression de la limitation de vitesse à 80km/h. On dira qu’elle est impopulaire. Certes, comme l’ont été toutes les mesures prises en faveur de la sécurité routière. Celles-ci ont pourtant fait la preuve de leur efficacité, puisqu’on est passé en quarante-quatre ans de quelque 18 000 morts annuels (1972) à 3 500 (2016). Et donc, si la mesure est abandonnée (probable), une minorité active obtiendra l’annulation d’une limitation de vitesse destinée à diminuer le nombre de morts et de blessés sur la route. Mais qui représente dans cette affaire les adversaires de la «violence routière», laquelle tue encore des milliers de personnes chaque année? Qui représente les centaines de milliers de familles endeuillées par les accidents de circulation? Personne ou presque dans ces assemblées populaires, qui jugent de l’affaire à partir de leur expérience et non d’un raisonnement national.

C’est au gouvernement (élu) et au Parlement (élu), et non sur les ronds-points, qu’on est le mieux à même de représenter l’opinion dans sa diversité, de passer le dossier au crible d’un débat approfondi et rationnel, appuyé sur les experts de la question et sur la confrontation des parties en présence. Et non dans des réunions éphémères, sans préparation, sans prise en compte de l’historique de la sécurité routière ni des arguments des spécialistes, lesquels sont discrédités par l’air du temps, qui les ramène à une élite méprisante de «sachants».

Même remarque pour la fiscalité écologique. Son application (maladroite) a provoqué un mouvement social majeur. Dans cette ambiance de démocratisme forcené, on souhaite bien du plaisir au gouvernement qui cherchera à la restaurer, même s’il prend toutes les précautions nécessaires pour ne pas léser les classes populaires. Pourtant, on avait cru comprendre que le renchérissement du carburant fossile était un moyen essentiel de la lutte contre le réchauffement climatique. Peut-être, diront les thuriféraires de la démocratie directe, mais les gilets jaunes ont mis leur veto. Alors… Alors tant pis pour la transition énergétique. Le Parlement, les partis, les élus, en avaient décidé autrement? Ce sont des corrompus, des membres de l’élite, des politiciens hors-sol. Autant dire des farceurs ou des tyrans. Trois cent mille personnes (sur 47 millions d’électeurs) ont décidé que les taxes sur les carburants étaient illégitimes. Rompez!

Ces réunions de consultation sont utiles, intéressantes, elles sont un bon exercice démocratique. Peuvent-elles décider de l’avenir contre les élus ou en dehors d’eux? Ceux qui, à gauche, le pensent, devraient se rappeler que les consultations populaires récemment menées par le Cese (Conseil économique, social et environnemental) ont été noyautées par les militants de la Manif pour tous, qui ont placé en tête des revendications le refus de la PMA, l’abolition du mariage homosexuel, etc. Dans ces conditions, la démocratie directe doit-elle primer? Sans procédure contraignante, sans participation massive, une assemblée populaire est propre à toutes les manipulations. Lénine l’avait bien compris, qui voulait «tout le pouvoir aux soviets» (des conseils populaires qu’il contrôlait) et aucun à l’assemblée élue par la population russe. En d’autres termes, la démocratie participative peut corriger certains défauts de la démocratie représentative et donner une expression utile à des catégories en colère. Elle ne saurait s’y substituer.

Laurent Joffrin Directeur de la publication de Libération

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »