Analyse bilan de sécurité routière mars 2018

 

 

En mars 2018, une mortalité inférieure de 13,5% à celle de mars 2017 est en soi encourageante, mais reste supérieure de 15% à celle de mars 2013. Pendant ces 12 derniers mois il y a eu 144 tués de plus que pendant l’année 2013. Le gouvernement, en place depuis 10 mois, n’a fait baisser la mortalité routière que de 2,8% en moyenne par an. Pour atteindre l’objectif « moins de 2000 tués en 2020 » il faudrait une baisse moyenne de 17,5%. On en est encore loin !

Ces quelques chiffres montrent que la mesure phare promise par le Premier ministre, le 80 km/h sur le réseau à chaussées non séparées qui, parmi les 18 retenues par le CISR du 9 janvier dernier, est la seule capable de produire des résultats importants et à court terme, est absolument nécessaire pour pérenniser cette baisse. Nous insistons pour que cette réduction de la vitesse maximale autorisée soit mise en œuvre sur toutes les routes à double-sens sans séparateur central et ceci sans exception, qu’elles soient à 2, 3 ou 4 voies. Une séparation par une bande de peinture n’assure pas la prévention des chocs frontaux en cas de perte de contrôle.

Ce n’est pas le « renforcement » du contrôle technique des véhicules qui sera mis en place le 20 mai prochain (au grand bonheur de l’industrie automobile) qui permettra une progression significative de la sécurité routière. Si le contrôle technique des véhicules améliore l’état du véhicule, il n’améliore pas le comportement du conducteur.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »