Analyse bilan de sécurité routière octobre 2017

English Español Nederlands Deutsch Português Chinese Nippon
Une
 baisse à la hausse


La mortalité routière après avoir augmenté de 30 % en septembre 2016, diminue de 13,5 % en septembre 2017 : en fait, cette baisse n’est qu’une baisse à la hausse qu’il
faut souligner.

La tendance des trois derniers mois est à la baisse, mais il n’en reste pas moins que pendant ces 12 derniers mois il y a eu 205 tués de plus (+ 6 %) que pendant toute
l’année 2013.

Le nombre de tués sur les routes s’accroît depuis 3 ans et demi, ce qui n’a pas été observé depuis 45 ans.  Pour atteindre l’objectif de moins de 2 000 tués en 2020, il faudrait qu’il y ait une
baisse mensuelle de la mortalité de 15,6 %. 

En 2016, le coût des accidents corporels en France métropolitaine s’établirait à 38,3 milliards d’euros (Md). Le coût total de l’insécurité routière serait de près de 50 Md, soit 2,2 % du PIB.
Tous ces mauvais résultats devraient pousser nos nouveaux gouvernants à mettre en œuvre les mesures d’urgence qui s’imposent :
• diminuer la vitesse maximale autorisée de 10 km/h sur tous les réseaux, en particulier abaisser de 90 à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur le réseau à chaussées non séparées,
• neutraliser les avertisseurs de radars travestis en avertisseurs de dangers,
• sous-traiter l’usage des véhicules équipés de radar mobile,
• interdire le téléphone « main libre » en situation de conduite,
• mettre en place les moyens nécessaires pour appliquer la loi du 14 mars 2011, permettant aux juges d’imposer un Éthylotest AntiDémarrage (EAD) pour des faits de conduite sous l’empire d’un état alcoolique,
• favoriser l’installation dans les véhicules des dispositifs limitant la vitesse à la valeur autorisée localement ; en France, la mise au point du LAVIA (Limiteur de vitesse s’adaptant à la vitesse autorisée) a été achevée en 2006,
• inciter l’installation de « boîte noire » dans les véhicules.

De 2013 à 2016 la mortalité en France s’est accrue de 6 %, la Suisse, qui devient un modèle de rigueur dans l’application des règles, a réduit de 24 % le nombre de victimes pendant cette même période.

Nous attendons de nos nouveaux dirigeants qu’ils s’engagent comme ont su le faire ceux de 2002.

Imprimer cette page

Une pensée sur “Analyse bilan de sécurité routière octobre 2017

  • 16 novembre 2017 à 22 h 21 min
    Permalink

    Merci pour ces précisions, nous avons besoin de vos analyses pour pouvoir argumenter valablement devant la mauvaise foi de certains interlocuteurs et malheureusement j’entends souvent des commentaires complètement négatifs notamment aux Grandes Gueules sur RMC sans pouvoir réagir car je suis en voiture.
    Encore merci pour le site et la revue de presse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *