Analyse bilan de sécurité routière juin 2017

Selon le baromètre de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR), 329 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métro politaine en juin 2017. Comparé au
mois de juin 2016, il s’agit d’une augmentation significative de + 15,8 %.

Hormis février qui s’est avéré un mois atypique par sa forte baisse (– 22,8 %), le bilan du premier semestre 2017 est alarmant. Il est en augmentation de + 3,9 % par rapport au premier semestre 2016 et de 14,6 % par rapport au premier semestre 2013, année de référence pour être la dernière année à avoir connu une baisse de la mortalité.

Les premiers semestres d’une année représentant en moyenne 45,5 % de la mortalité annuelle, s’il n’ y a pas inversion de la tendance, le bilan de la mortalité en 2017 pourrait s’approcher des 3 600 personnes tuées.

Cette tendance à la hausse a été constante depuis 2014, après une année 2013 encourageante. Elle a touché toutes les catégories d’usagers.

En trois ans et demi, la mortalité des usagers automobilistes a augmenté de + 10,9 %, celle des cyclistes de + 22,4 % et celle des piétons de + 18,3 %. La mortalité des motocyclistes a augmenté de
+ 6,4 % avec une amplification très forte ce dernier semestre. C’est d’ailleurs la mortalité motocycliste qui affecte essentiellement le bilan de ce mois de juin.

Le nouveau gouvernement va devoir réagir rapidement pour éviter que 4 000 personnes ne soient tuées en 2020, soit le double de l’objectif fixé pour le quinquennat précédent.

La mise en œuvre des mesures souhaitées par la Ligue (voir Orientations 2018 en pages 20 et 21) impose que la Délégation interministérielle soit rattachée au Premier ministre et que ce dossier redevienne une priorité au plus haut niveau de l’État.

Imprimer cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *